Initiation au cross de la théorie à la pratique

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Initiation au cross de la théorie à la pratique

Message par Grostof le Lun 15 Sep - 20:53

voici une liste des points importants à garder en tête quand on est un pioupiou et qu’on veut commencer à crosser :

Voler haut…

Il est beaucoup plus simple de voler dans les parties hautes des thermiques, beaucoup plus structurées et d’autant plus facile à exploiter que les parties basses. En vol, il faut donc penser à prendre du gaz, plus qu’à avancer, les 300 bornes ce sera pour plus tard. Viser les plafonds, prendre le temps de bien faire… Une bonne façon de faire est d’utiliser la règle des 3 tiers, découper la hauteur entre le plafond et le plancher en trois, dans le tiers supérieur, on utilise que le gros, on profite du paysage et on avance ; dans le tiers du milieu, on s’applique à bien tout exploiter pour remonter ; dans le tiers inférieur on est en mode survie, on chasse le moindre pet de mouche, on exploite tout… sinon il faudra poser.

Anticiper une vache

Toujours penser à garder une vache à portée pour à tout moment pouvoir poser, d’autant plus si on est bas… Laissons les vallées exposées pleines de sapins de 20 m sans droit à l’erreur à ceux qui connaissent parfaitement le terrain et savent que si le thermique de la grange à Dédé ne donne rien il y a toujours la pompe à couillon de l’arbre foudroyé qui nous satellisera au 7ème plaf.
Gardez donc toujours à portée (ça veut dire sans compter sur une finesse de 12, mais plutôt à 4 ou 5 de finesse maxi) un champ, suffisamment grand, bien orienté, si possible non cultivé, sans obstacles et pas trop en pente.

Gérer la fatigue

Avant qu’il ne soit trop tard, aller se poser. Il ne faut pas penser qu’à la perf, la clé d’un bon vol est le plaisir. Rester zen et lucide et gardez plaisir à voler, les bornes se feront presque seules. Ce n’est pas par ce que les autres y arrivent qu’il faut s’énerver, au contraire cela n’aidera pas à les rejoindre. Manger et s’hydrater en vol est aussi important pour rester au top et pensez à aller arroser votre carré de gazon préféré avant de décoller, ce serait dommage d’avoir à poser au bout de 30 mins pour ça.

Préparer son vol

Repérer le parcours à l’avance (en allant voir sur place, en utilisant des cartes, des traces GPS, Google Maps)… Préparer le matériel la veille pour ne rien oublier et charger les batteries. Faire le point météo, plusieurs jours avant, la veille et le jour même.

Le terrain de jeu

Penser que les faces Est sont plus difficiles pour le cross que les faces Ouest, entre autre à cause des inversions matinales qui bloquent les thermiques et donnent des zones turbulentes. L’installation des conditions est plus progressives en face Ouest, ce qui donne des thermiques plus larges et plus faciles à exploiter.

Quand voler ?

Les périodes favorables se situent souvent autour des dépressions, juste avant (mais c’est très souvent très fort, voire trop fort), ou dans le ciel de traîne. Les grosses périodes anticycloniques ne sont pas très propices car trop stables. Un léger flux de Nord apporte de l’air plus frais en altitude qui aide à l’instabilité, ce qui n’est pas le cas avec du Sud.

En vol

Au début il vaut mieux prendre son temps et faire des transitions en finesse max plutôt que de jouer avec un accélérateur. Sur les ailes de début de cross (bien souvent des EN B) l’accélérateur dégrade beaucoup les performances, contrairement aux guns de la PWC. Réservez donc l’utilisation de l’accélérateur s’il faut sortir d’un -3m/s…
La trajectoire en transition ne doit pas toujours être rectiligne, il faut parfois prévoir de transiter en banane (ou en laisse de chien). C’est à dire partir au vent de la brise pour anticiper le contre de la brise, plutôt que de devoir lutter contre la brise en fin de transition. La fin de la transition se fait à une altitude plus basse que le début, donc potentiellement dans une brise plus forte qu’au départ de la transition.

Savoir renoncer

Plus de vent que prévu? Trop fumant pour un petit pioupiou aux dent longues en manque de bornes? Ca fait déjà trois asymétriques en même pas 30 mins de vol? Mais comment faire pour payer cette grosse facture imprévue? Une grosse engueulade à la maison hier soir? Un truc qui n’avance pas au boulot et qui empêche de dormir la nuit?
Re Non Cez… La météo, bien qu’incertaine, reproduira la journée idéale une autre fois, alors que l’accident, c’est certain qu’on ne voudra pas le reproduire lui…

Savoir s’adapter

Les conditions ne sont jamais les mêmes à 100%… C’est aussi ça qui fait que notre sport est sympa, c’est varié et les recettes d’un jour, ou de la majorité des jours ne marchent jamais à 100%. Selon les conditions, le thermique habituel ne sera pas au même endroit, ou ne sera tout simplement pas là, le cheminement classique ne sera pas forcément le bon, l’altitude de départ d’une transition ne sera pas la même s’il y a beaucoup de brise ou si le vent est de dos ou de face. Il faudra s’adapter, trouver sa solution du moment.
C’est aussi vrai par rapport aux autres parapentistes, ils ne sont que des indices, leur solution ne sera pas forcément la votre.

Le classique : St. Hil, St. Eynard, Granier, 7 Laux, St. Hil

Nous avons ensuite discuté de l’exemple d’un cross classique au départ de St. Hil : St. Hil, St. Eynard, Granier, 7 Laux, St. Hil. Mais ceci est un exemple, les positions et les conditions décrites ne seront pas forcément les mêmes quand vous serez sur place…

Du Saint Eynard au Granier

Au départ de St. Hil, ne pas rater les ascenseurs classiques qui se trouvent généralement au niveau du déco delta (les antennes c’est pas mal aussi, mais souvent turbulent) et de l’école d’escalade, ils devraient permettre d’assurer un gain suffisant avant de faire les mini-transitions qui suivent. À château Nardent il faut faire le plein et assurer un bon 200m au dessus du sommet devrait être suffisant pour assurer la transition du Manival dans de bonnes conditions et raccrocher les falaises. Attention, pour vaincre château Nardent, ne pas brûler les étapes, il faut généralement bien utiliser le thermique qui se situe au dessus de l’entrée du tunnel, avant de passer en face sud car si on y arrive trop bas ça ne marche pas souvent.

Une fois les falaises du St. Eynard atteintes, ça monte tout le long (attention, parfois très fort et parfois ça descend aussi très fort). Lors du retour vers St. Hil, il faut essayer de passer au dessus de la ligne de crête, pour accéder au Bec Charvet et y faire le plein pour s’ouvrir l’accès à la Dent. Choisir de monter à la Dent plutôt par la face Est (au dessus des paravalanches) plutôt que par le coin Sud-Est, qui peut être parfois très fort et difficile à négocier. Une fois en haut de la Dent c’est la promenade de santé jusqu’au Granier… À condition de ne pas rester en face Est tout le long car celles-ci risquent de s’éteindre progressivement et puis faire le tour du Granier par la face Nord est assez hasardeux, même si ça a été fait…

Plusieurs options sont possibles pour passer en face Ouest : au niveau du col de Bellefond (vers les Lances de Mallisard), au niveau de l’Alpette (vers Fouda Blanc) ou au niveau des Rochers de l’Alpe (directement vers le Granier).

Changement de massif !

Pour le grand saut vers Belledonne, ne pas partir du Granier même (sauf à faire 2800+ au Granier), plutôt remonter les reliefs vers St. Hil jusqu’au Rocher de l’Alpe ou du Col de l’Alpe avant de transiter et partir à 2300m est généralement bien. Transiter vers le St. Genis plutôt que Brame-Farine. Puis aller vers le Crêt du Poulet et les 7 Laux avant de rentrer vers St. Hil.
Il vaut mieux attendre 14h/13h30 pour faire cette transition Chartreuse Belledonne sinon les thermiques risquent de ne pas être assez installés pour pouvoir raccrocher en Belledonne. Pour le retour, 2800m au dessus de Prapoutel assure l’atterrissage sur le plateau, sinon 2000m devraient être suffisants pour faire la cible à Lumbin.

Points de vigilance

Attention, certains endroits sont particulièrement accidentogènes, il s’y trouve des thermiques forts, il faut donc y être extrêmement vigilant.

- Le thermique des antennes, parfois assez turbulent, à éviter particulièrement par vent de nord.
- Le pilier sud (la preuve en vidéo, voir plus bas…)
- La face sud de la Dent, particulièrement par vent de nord.
- Les grandes falaises du St Eynard où ça monte très fort, mais où ça descend aussi très fort, particulièrement par vent d’ouest.

Les conseils de Béber !

- Avoir un portable chargé et allumé (pour le repérage en cas de secours).
- Attendre impérativement les secours en cas de branchage (éviter le sur-accident en essayant de descendre soi-même, même si on est qu’à 3m du sol)
- Avoir un “kit de branchage” composé d’une cordelette de 20m avec un petit mousqueton (pour hisser la corde des secours) et éventuellement un coupe-suspente.

_________________
Mon trip " le cross "
avatar
Grostof
Admin

Localisation : echirolle

http://envolsudisere.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Initiation au cross de la théorie à la pratique

Message par Blabair le Lun 15 Sep - 21:11

study
avatar
Blabair

Localisation : trièvois, 5km au nord du chatel

Revenir en haut Aller en bas

Re: Initiation au cross de la théorie à la pratique

Message par Blabair le Lun 15 Sep - 21:24

sa sent luc armant tout ça!
avatar
Blabair

Localisation : trièvois, 5km au nord du chatel

Revenir en haut Aller en bas

Re: Initiation au cross de la théorie à la pratique

Message par Grostof le Lun 15 Sep - 21:25

lol!

_________________
Mon trip " le cross "
avatar
Grostof
Admin

Localisation : echirolle

http://envolsudisere.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Initiation au cross de la théorie à la pratique

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum